UXELLODUNUM, LA DERNIÈRE BATAILLE DE LA GUERRE DES GAULES

UXELLODUNUM EST UN OPPIDUM GAULOIS DANS LE QUERCY. PEU CONNU, C’EST POURTANT LE LIEU DE LA DERNIÈRE BATAILLE DE LA GUERRE DES GAULES EN 51 AV. J.C. – UXELLODUNUM SIGNIFIE « FORTERESSE ÉLEVÉE ».

Une fois de plus, nos manuels scolaires nous orientent vers une erreur historique. C’est pourtant cette bataille qui va sceller le sort de la Gaule, et non Alésia. Contrairement aux BD d’Astérix, Uxellodunum est le vrai village des irréductibles Gaulois, ce lieu se situe dans le Quercy et non en Bretagne.

Cette bataille tombe dans l’oubli jusqu’au XIXème siècle, c’est Napoléon III, féru d’histoire et d’archéologie qui va organiser des fouilles sur les sites d’Alésia et de Gergovie. Il le fera également sur le site du Puy-d’Issolud, lieu présumé de la bataille. On y retrouve des pointes de flèches et traits de catapultes.

Vers la bataille.

Côté Gaulois. Lucterios, chef des Cadurques et Drappès, chef des Sénons, s’étaient retirés sur la colline fortifiée d’Uxellodunum. C’est une position de 80 hectares naturellement fortifiée, une rivière, le Lot, entoure presque totalement la colline, et par des fortifications impressionnantes construites pas les Cadurques. De plus, une montagne, du côté du fort, empêchait toute approche de cette direction. Pour les Romains, il était impossible de faire le même siège qu’à Alésia, un an auparavant.

Côté Romain. Caninius Rebilus, avec ses deux légions, avait décidé de diviser ses légions en trois camps dans les zones autour du fort où le terrain était assez élevé afin de s’assurer de toute tentative d’évasion des Gaulois. Quelques temps plus tard, il sera rejoint par Gaius Fabius avec ses 25 cohortes. Ce dernier, vainqueur des Sénons à la bataille de la Loire, va permettre de faire les travaux de siège et d’encercler totalement le fort. Les forces romaines se montent alors à quatre légions et demi.

Alors que le siège avait commencé, Jules César, qui était en Gaule, est informé par Caninius Rebilus de la révolte des Cadurques et des Sénons. César se dirige immédiatement vers Uxellodunum avec sa cavalerie, car le temps jouait contre lui, cette bataille a lieu en été et ne doit pas s’éterniser jusqu’à l’hiver, le froid risquant de rendre la position des assiégeants intenable.

Jules César considère que l’oppidum gaulois ne peut être assiégé par la force. Informés par des déserteurs, les Romains savaient que les Gaulois avaient une nourriture abondante. César décide de cibler l’approvisionnement en eau de l’oppidum gaulois. Il ordonne à ses ingénieurs de construire une rampe de terre qui pourrait supporter une tour de siège de dix étages, soit 27 mètres de hauteur. En même temps, un autre groupe d’ingénieurs creuse un tunnel jusqu’à la source à tarir.

Les Gaulois réagissent et attaquent la tour en y mettant le feu. Peu de temps après, les sapeurs sont arrivés à la source et ont dévié le cours de l’eau, privant ainsi les Gaulois d’eau.

Piégés dans l’oppidum, les Gaulois, fort de l’expérience d’Alésia, (où Lucterios était présent) vont tenter une sortie de nuit. Escaladant les remparts, Lucterios et Drappès s’évadent et laissent une garnison de 2 000 hommes environ à l’intérieur de l’oppidum. Les Gaulois tentent de se faufiler entre lignes romaines, mais sont repérés. Lucterios réussit à passer avec ses hommes, mais Drappès est capturé, il sera exécuté peu de temps après et tous les Gaulois sont massacrés. Caninius Rebilus a laissé une de ses légions derrière pour défendre ses trois camps et avec le reste de sa troupe, il va poursuivre les Gaulois dans toute la région.

N’ayant plus d’eau, les Gaulois vont se rendre. César accepte la reddition gauloise, mais il décide, pour s’assurer que cela sera la dernière rébellion gauloise en donnant un exemple sévère. Contrairement  aux usages de l’époque, les vaincus ne seront pas exécutés ou mis en esclavage. Il laisse la vie sauve aux survivants, mais ils auront les mains coupées. Puis, il va disperser les Gaulois vaincus dans toute la région pour que tous sachent qu’il ne faudra plus prendre les armes contre Rome.

Le siège d’Uxellodunum met fin définitivement à la conquête de la Gaule, ce dernier combat est fort peu glorieux pour les envahisseurs. En effet, il faut l’intervention du plus grand chef militaire de l’époque et de 30 000 hommes, pour venir à bout de 2 000 malheureux Gaulois.